Incarnation

J’étais durant des siècles une créature d’éther,

qui se nourrissait de couchers de soleil,

de rosée du matin,

de musiques mélancoliques

et de la vue du vaste océan.

 

Est-ce toi maintenant qui me demande

de m’incarner dans un monde

où la beauté se fait rare,

et où je dois accepter le poids d’un corps trop lourd ?

 

J’étais pendant longtemps,

une créature intemporelle

et je menais l’existence paisible et joyeuse

d’un monde d’amour,

de parures féeriques,

d’amitiés indestructibles

et de plaisirs ininterrompus.

 

Est-ce toi qui me demande

de faire l’expérience de la peur,

du manque et de l’obscurité ?

 

Quand le vent sur mon visage

et la mer au crépuscule,

mon imagination et l’amour du moindre effort

sont mes sources de joie

 

Voudrais-tu que je m’ancre

dans une vie faite de souffrances,

où la volonté qui me manque

est la marque des vainqueurs ?

 

Je ne cesserai de narguer

les exhortations de cette vie

qui voudrait que je devienne

un être trop ordinaire.

 

Mais quel affront de refuser

les épreuves de l’existence

en réclamant le retour

d’un monde qui n’existe plus.

 

Mon mépris me coûte si cher

Et je traîne un spleen bien trop vif

quand mon seul pêché a été

d’aimer éperdument le Ciel.

 

Mélancolie des âmes lunaires

Quand cesseras tu de m’accabler

Pour qu’enfin je goûte à la vie

avec la grâce des éveillés ?

Leave a Reply