Autrui

Tu n’es pas moi et tu ne sais pas ce que c’est d’être dans ma peau
Pourtant, dans ton regard souvent bienveillant,
je sais que ce que tu vis n’est pas très différent

 
Je ne suis pas toi et je me demande ce que c’est qu’être toi
tes mystères m’intriguent, ton intériorité demeure obscure
et pourtant, tout ce que tu me donnes à voir est si familier

 
Tes peines, je les ressens aussi dans mes entrailles
tes joies, je les ai connues et je les connais encore
mais tes peines et tes joies sont-elles vraiment,
en tout point, semblables aux miennes ?

 

Tu n’es pas moi et tu ne sauras jamais
ce que c’est d’être dans ma peau
ce que c’est de souffrir comme je souffre
ce que c’est d’être exalté et sensible à ma façon
Parce que tu es un autre
et que tu ressens à ta façon
Pourtant, dans les mots qui nous lient
et les silences qui nous étreignent
dans les moments de communion
ou les moments simples d’échange,
de paroles ou de regards
je deviens un peu toi, tu deviens un peu moi
Je ne suis déjà plus enfermée dans mon monde
et tu n’es plus reclus dans le tien

Comme moi, tu sais ce que c’est : être humain
Comme toi, je sais ce que c’est : l’angoisse d’être humain
Comme moi, tu es en quête de simplicité
Parce que ce n’est pas facile d’être humain

Mais en attendant, tu t’étonnes de ne pas tout à fait me comprendre
Et je suis triste de voir que tu ne te dévoiles jamais complètement

Tu demeures énigmatique
Et je suis si étrange

Peut-être rejoindrons nous tous ensemble un jour
la patrie des anges ?
Et qu’alors, plus rien ne nous séparera ?

Dans le monde humain,
tout ce que nous pouvons faire
c’est créer des espaces communs
pour nous souvenir qu’après tout
nous faisons ensemble l’expérience de la vie.

Leave a Reply